Note : les frais de port sont compris pour les éditions Caraktères et Overlord press.


Des Tigres dans la boue

Des Tigres dans la boue est un ouvrage essentiel que tout passionné d’histoire militaire ou spécialiste de la guerre mécanisée se doit d’avoir lu. Il s’agit d’un témoignage brut, écrit moins de dix ans après la fin de la guerre, par un soldat ayant vécu les événements.

 

Carius est un antihéros, un patriote malingre et maladif, qui se retrouve projeté à la tête d’une compagnie de Tiger dans la plus épique des campagnes militaires : la guerre à l’Est, l’ostfront. Rien ne le prédisposait à cela et il raconte avec honnêteté ses forces et ses faiblesses, ses doutes et ses certitudes. Les anecdotes pullulent et on apprend beaucoup sur le Tiger, les combats de chars, les conditions de vie à bord et au front, l’état d’esprit du landser de 1941 à 1945. Carius ne nous épargne rien, il ne se glorifie pas et évite la narration mélodramatique. Il ne cache pas non plus une certaine admiration pour la ténacité de son ennemi soviétique.

 

Des Tigres dans la boue établit une ambiance fascinante, un climat particulier avec le lecteur ; on est placé en tourelle, comme un témoin privilégié, et on comprend que ce n’est pas tant le char qui gagne le combat, que l’homme qui est aux commandes. C’est sur les épaules de l’équipage que repose le succès. Des Tigres dans la boue est un livre prenant et précieux, un classique qu’on ne lâche plus une fois qu’on l’a entamé.

 

- Couverture souple

- 230 pages (environ)

- Format 23 x 15 cm

- Cahier photo comprenant des clichés de la collection privée Carius,et des croquis de l’auteur

 

26,80 €

  • disponible
  • 7 à 15 jours de délai de livraison1

La mort rouge Les mémoires de guerre de Lioudmila Pavlitchenko

 

Le 22 juin 1941, alors que la Wehrmacht s’élance à l’assaut de l’Union soviétique, culbutant les défenses russes sur un front large de 3 000 kilomètres, à Odessa, dans le sud de l’Ukraine, la jeune Lioudmila, alors étudiante en histoire, décide d’abandonner les bancs de l'université pour s'engager dans l'Armée rouge.
Dans ses mémoires inédites en langue française, Lioudmila Pavlichenko décrit ses débuts parfois difficiles dans l’armée, sa formation, son entraînement et surtout ses missions : neutralisations d'officiers, contre-sniping, reconnaissances périlleuses, etc. Les détails foisonnent, le style est alerte, acéré, surtout, rien n’est dissimulé au lecteur de cette lutte terrible entre la « proie » et le « prédateur ». Une fois Odessa tombée aux mains de l’Axe, c'est dans Sébastopol assiégée, la vaste citadelle établie sur les rives de la Mer noire, que Pavlichenko poursuit la lutte, en s'illustrant à nouveau derrière la lunette de son Mosin-Nagant contre les troupes roumaines et allemandes.
Retirée du front en 1942, celle qui est devenue la terreur des soldats de l’Axe en Crimée va être la première citoyenne soviétique à fouler le territoire américain, à l’occasion d'une tournée triomphale en l’honneur de la patrie de Lénine. Ce texte constitue une pièce essentielle pour comprendre les conditions de combat des soldats russes, mais aussi le fonctionnement de la propagande de Staline – et la lucidité de certains soldats à ce sujet, bien loin des clichés habituels.

Une immersion terrifiante parmi ces légendaires soldats de l’ombre, dans un monde fait d’une infinie patience, d’une immense discrétion, d’une froide précision et d'une minutieuse réflexion. Un monde où la différence entre la vie et la mort se joue à quelques millimètres, à une respiration, à simple reflexe.
- Catégorie : Mémoires de guerre (traduites en français de l’anglais)
- Pagination : 250 pages environ
- Format : 15 x 23 cm
- Cahier photos et illustration.
 

26,60 €

  • disponible
  • 10 à 20 jours de délai de livraison ou souscription1

Bleu comme l'acier. Les chasseurs embarqués de l'US NAVY dans le pacifique

PRECOMMANDE - Votre commande sera expédiée lorsque le livre sera disponible. (Sortie prévue fin juillet 2020)

 

Quant en septembre 1945 la capitulation japonaise est signée en baie de Tokyo, les effectifs de la chasse embarquée américaine ont été multipliés par plus de cinquante en l’espace de quatre ans ! Relégués sur leurs minuscules porte-avions d'escorte, les F4F Wildcat, entretemps améliorés et rebaptisés FM-2, figurent toujours sur les registres de la Navy. Mais cette dernière a néanmoins largement pourvu à son remplacement par deux modèles d'exception, entrés successivement en service actif en 1943 : le F4U Corsair de Vought et le F6F Hellcat de Grumman, des machines robustes, puissantes et endurantes. Plus rapides, mieux armées et beaucoup plus polyvalentes que le F4F, elles poseront un problème insurmontable à une aviation japonaise déjà malmenée à Midway et à Guadalcanal par le modeste « tonnelet » de Grumman.
De la mer de Corail au Mont Suribachi, ce sont quatre années de combats aériens qui sont ici retracées à travers l'histoire des trois principaux appareils qui ont équipé la chasse embarquée américaine dans le Pacifique. Aux côtés de John Thach et Marrion Carl, on verra comment le F4F s'est opposé en 1942-1943 à la déferlante nippone, avant qu'elle ne soit graduellement refoulée puis définitivement endiguée par l'action conjuguée des F4U et des F6F piloté par des hommes fascinants tels que Gregory « Pappy » Boyington ou Dave McCampbell.
Ensemble, ces machines ont formé le tranchant « bleu acier » d'une arme aérienne mortelle pour ses adversaires, les soldats, marins et aviateurs servant sous la bannière du Soleil Levant.
- Catégorie : Beau livre / album
- Pagination : 220 pages environ
- Format : 21 x 28,5cm
- Couverture : cartonnée, vernis brillant
- Illustrations : nombreuses photographies d’archive, environ 60 profils, illustrations en 3D, infographies en 3D (détails du F4U Corsair, une quinzaine de vues, éclatés, cockpit), cartes.

42,70 €

  • disponible
  • 10 à 20 jours de délai de livraison ou souscription1